Mon premier trimestre de grossesse : entre la joie et la déprime

Le 13 octobre 2020, un joli plus s’affichait immédiatement sur le test de grossesse. Depuis ce jour, ma vie a pris une autre tournure. Entre la joie, la déprime : ce premier trimestre n’était pas celui que je m’imaginais.

Réglée comme une horloge : en 3 semaines je suis tombée enceinte

J’ai enlevé le stérilet le 15 septembre, le 29 septembre était mon ovulation d’après mon application grossesse +, le 13 j’apprenais ma grossesse. Exactement comme pour Lola, c’est dingue je n’en revenais pas que mon corps suivait exactement le même schéma qu’il y a presque 3 ans…

Mais même avant le 13, je savais au fond de moi que j’étais enceinte. Une certitude ! Puis, comme avec Lola, mon corps m’envoyait des signes : fatigue, douleurs aux ovaires, perte vaginales abondantes, douleurs aux seins, au bout de quelques gorgées d’alcool je ne tenais plus, Milo était collé à moi H24… 3 jours avant la supposée arrivée de mes ragnagnas j’ai fait un test précoce. Subitement oui !

Il s’est avéré positif dès les premières secondes ! Ouawww, j’avais raison !!

Même si je l’avais senti et que ce deuxième enfant était une réelle envie, je ne pensais pas si tôt. Je ne réalisais pas à vrai dire. Thibault était immédiatement au courant, pas de surprise, pas de mise en scène, vu ma fatigue des jours d’avant c’était évident pour lui aussi. Nous étions à la fois paniqués, mais aussi excités de joie .

Malheureusement, cette période d’euphorie n’a duré qu’un temps… Le premier trimestre commençait à faire son effet.

Mal-être, fatigue, nausées : les symptômes de ce premier trimestre

Complètement différent de ma première grossesse, où à celle-ci je n’avais que la fatigue comme principal symptôme durant le premier trimestre. Et bien j’ai vite déchanté en voyant arriver un, puis deux puis trois autres symptômes… C’était non seulement des symptômes physiques, mais aussi des symptômes moraux.

Moi qui a l’habitude de bouger sans cesse, de faire de ma vie chaque jour une innovation, cet état m’a profondément affecté et plongé dans un mal-être mental.

Mon lit était mon meilleur ami, le frigo mon pire cauchemar ! Vive le premier trimestre

J’avais l’impression de m’être pris une belle « murge » à chaque réveil. Je n’avais envie de rien, je me sentais vide. Les nausées étaient présentes du matin au soir sans compter les remontées acides. Les remèdes de grands-mères je peux vous dire que je les ai toute faites !

À ce moment là, nous étions en plein confinement. Lola n’avait pas sa nounou, ma belette était donc avec moi. Gérer l’énergie d’une petite de deux ans puis les « caprices » de mon corps n’étaient pas choses faciles.

L’odeur de la nourriture amplifiait mes nausées. Je me nourrissais principalement de pâtes, de riz, de fast-food. Thibault faisait les courses à ma place. Je n’avais plus plaisir à cuisiner tout m’écœurait.

J’ai perdu 4kg depuis le début de ma grossesse

Heureusement je ne vomissais pas, mais parfois je n’avais qu’une envie c’était de me faire vomir pour arrêter cette douleur.

Cet état là, jamais je n’aurai imaginé cela pour mon second premier trimestre.

J’ai donc épluché sur la toile les recettes de grands-mères contre les nausées. Seule l’homéopathie me soulageait de temps à autre.

Effet du confinement ou symptôme du premier trimestre ?

La déprime est bien un symptôme ! Et oui, nous n’avons pas que des symptômes physiques. J’ai eu du mal à m’y faire à ce symptôme. Pensant que c’était le confinement. Après en avoir parlé à mon médecin avec pudeur, elle m’a effectivement dit que cela pouvait faire partie des symptômes du premier trimestre.

Un autre symptôme fit son apparition quelques semaines après vers la mi-novembre : infection vaginale suivit d’une infection urinaire. J’étais donc sous antibiotiques, puis surveillée tous les mois. Vive les brûlures internes.

Vous allez finir par croire que je ne fais que me plaindre…

Mon ventre s’est vite transformé

Dès la 3ème semaine, une petite bosse en bas du ventre est apparue. J’étais choquée de le voir évoluer ainsi toutes les semaines ! Le corps est tellement bien fait, j’en étais stupéfaite. Je vous montre ci-dessous cette évolution au fur et à mesure des semaines.

Noyé dans une multitude de questions

Je me posais un tas de questions : mais à cause de ça vais-je autant aimer ce second bébé que Lola ? Vais-je vraiment réussir à gérer les deux ? Si ces symptômes persistent tout le long de ma grossesse, comment vais-je faire ? Je me « pourrissais » de questions en tout genre.

À cause de ces peurs, de ces questions mais aussi de la culpabilité, je ne vivais pas ma deuxième grossesse comme une immense joie, parfois j’oubliais même que j’étais enceinte. C’est bizarre non ? Un sentiment horrible que jamais je n’aurai pensé avoir.

Ce 10 décembre fut le déclic

Le 10 décembre, direction le centre de radiologie pour la première échographie de ce premier trimestre. J’étais excitée, j’avais hâte de savoir que tout allait bien.

Thibault n’a eu le droit de m’accompagner que lorsque j’étais allongée sur la table.

Crème sur le ventre, échographe sur le bidou et là. Coup de foudre, la réalité m’a rattrapée, grosse claque. J’ai vu mon deuxième bébé pour la première fois ! Le cœur qui battait la chamade m’a fait oublié tout ce long premier trimestre.

Deux jambes, deux bras, un cœur… Tout allait parfaitement bien. Bébé nous a même montré ses talents d’acrobate.

J’étais aux anges ! Thibault également, je voyais ses yeux pétiller de bonheur !

En sortant, je me suis sentie tellement coupable de ne pas « accepter » cette deuxième grossesse. Comment ai-je pu ne pas me rendre compte avant de l’amour que ce petit-être m’envoyait déjà ??

Et Lola ?

En ce qui concerne Lola, elle est encore trop petite pour comprendre qu’un petit être se cache sous mon nombril. Les petits ne croient que ce qu’ils voient. De temps à autre nous lui en parlons, nous lisons des histoires à ce sujet, mais sans trop la gaver. Je n’ai pas envie qu’elle croit qu’elle sera remplacée. Non ! Son rôle et sa présence sont aussi essentiels que ce petit être dans notre vie.

Premier trimestre presque terminé

Ce premier trimestre touche à sa fin et les symptômes disparaissent avec le temps. J’en suis tellement heureuse, je profite de voir mon bidou s’agrandir de semaines en semaines. Je profite de la vie comme je le faisais avant mais avec un nouvel amour dans ma vie.

La grossesse n’est pas toujours 9 mois de pur bonheur, il y a et il y aura des hauts et des bas

Certains diront que je n’ai pas à me plaindre, je suis enceinte. Mais personne ne peut comprendre ce que vous ressentez, à moins de l’avoir vécu.

Aujourd’hui je suis tellement heureuse de partager cette deuxième grossesse avec mon entourage mais aussi avec vous, mes lecteurs ! Cela m’a fait du bien de m’exprimer, de mettre des mots sur ces maux que j’ai endossé pendant ces plusieurs mois.

J’espère ne pas vous avoir découragé mais aujourd’hui il est important de savoir qu’une grossesse n’est pas toujours simple, toujours rose.

Hâte d’entamer ce second trimestre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *