Les Folies Siffait, ouverture exceptionnelle du site monumental construit sur la Vallée de la Loire

En feuilletant l’actualité de mon tableau de bord Facebook, j’ai été attirée par la parution d’un événement un peu particulier du Département de la Loire -Atlantique, l’Ouverture Exceptionnelle des Folies Siffait : œuvre curieuse et originale de Maximilien Siffait connue et reconnue dans la région et ses alentours. Les visites se font guidées et sont proposées les samedis et les dimanches de septembre sous inscription : c’est gratuit et limité à 20 personnes . La chance fût avec moi car j’ai réussi à avoir deux places. C’était donc parti, pour le créneau du 02 Septembre à 16h00.

Il n'y a aujourd'hui plus de places mais :
BONNE NOUVELLE 🎉
Des visites guidées supplémentaires seront 
proposées les samedi 6, dimanche 7,  
samedi 13 et dimanche 14 octobre.
Les inscriptions seront ouvertes à partir
 du lundi 17 septembre, à 18h. 🍃
D'ici là, des désistements pour les week-ends
 complets de septembre peuvent survenir, 
n'hésitez pas à jeter un œil ici 
👉loire-atlantique.fr/foliessiffait

 

À noter :

Quelques consignes nous sont envoyées par la suite par e-mail pour un bon déroulement de la visite.

Être bien chaussé(e)                                                                                                             Enfants accompagnés par un adulte                                                                                                                                            Le circuit ne permet pas aux mobilités réduites et aux poussettes un accès                                                                 Déconseillé au moins de 3 ans

Nous avons la chance mon conjoint et moi de résider à quelques kilomètres du village où se situe les Folies Siffait,  c’est à dire au Cellier, département de la Loire Atlantique situé à une trentaine de kilomètres de Nantes et à 70 km d’Angers. Ce site fût construit aux abords de la rive droite de la Loire avec une magnifique vue sur la vallée puis les communes environnantes comme La Varenne.

Pour les visiteurs n’habitant pas dans le coin, des panneaux sont indiqués en bord de route. Il ne reste plus qu’à suivre le chemin et nous y sommes !

Un parking est mis à disposition pour les visiteurs et est bien indiqué, un bon point ! Nous faisons quelques pas et nous voilà arrivés devant la grille du site. Une personne nous a alors accueilli et nous a validé notre inscription avec nos billets imprimés au préalable .

Nous attendions le reste du groupe, et c’est parti pour la visite. Le circuit est divisé en 4 parties où chaque partie comprend un guide.

Nous sommes accueillis par la première guide, où celle-ci nous explique les règles de sécurité que l’on devra adopter lors de la visite. Chaque guide nous présentait étapes par étapes le site ( la faune et la flore, son histoire, son architecture, etc …).

 

À travers cet article, je vais vous résumer avec mes mots 
ce que les guides nous ont appris, l'histoire de ce magnifique vestige. 
Cet article à pour moi le but de vous faire découvrir ce site perdu 
et abandonné pendant des années faute de moyens, en vous donnant
mon avis mais aussi mon ressenti, avec des photos :)


La faune et la flore 🍃 

Nous avons découvert autour de nous un site riche en faune et flore, il suffit juste de lever la tête et d’admirer les immenses chênes connus pour avoir des feuilles résistantes au climat comme le froid et comportant des racines pour soutenir tous vestiges.  Nous découvrions aussi des cèdre de l’Atlas , des sorbiers des oiseliers, etc…

Et en animaux ? Et oui nous ne sommes pas les seuls visiteurs, il faut savoir partager les gars ! Nulle personne se baladant peut tomber nez à nez avec des lapins, des écureuils, des sangliers, des couleuvres mais aussi des chauves-souris.

De novembre à février, lors d’une balade hivernale vous pourriez marcher à côté de truffes noirs, miam 🙂

L’architecture 🏰

Je vous conseille de lire cette partie avec beaucoup d’imaginations, car aujourd’hui il n’y reste quasiment qu’une fine partie de la construction initiale imaginée et crée par Maximilien Siffait. Très peu d’archives ont été retrouvées.

En effet, il faut s’imaginer des terrasses construites les unes par dessus les autres. Les habitants du Cellier (avec les moyens de l’époque et la matière première de la région) commençaient les Folies Siffait par le bas en construisant 23 terrasses puis petit à petit des terrasses fût montées jusqu’à 70 mètres de dénivelé.

→ sur plusieurs façades vous pourrez y aperçevoir quelques « trous » servant comme point d’escalade ou « échafaudages » pour monter petit à petit les matériaux pour les terrasses en hauteur.

→ balcons avec vue sur la Loire

 

→ tourelle

 

→ escaliers

→ niches

→ jardins

→terrasses avec vue sur la ligne de chemin de fer

→ autres terrasses

Ces terrasses sont faîtes de pierres sèches, de niches, de bâtons, d’escaliers. Chaque terrasse comporte des minéraux de couleurs (rouge, ocre, jaune, noir, etc…)

©Aquarelle de William Turner

Ce qu’il en reste aujourd’hui sur quelques façades :

 Cela me fait penser aux villages colorés que l’on retrouve en Italie, pas vous ?

Mais cela n’est pas aux goûts de tout le monde, où dirai-je plutôt n’ÉTAIT pas aux goûts des visiteurs. Pourquoi je parle au passé ? Car pendant des années les Folies Siffait furent source de conflit et de débat mais pourquoi ? Je vous laisse lire la suite.

Pourquoi le nom Folie Siffait ?

Le nom folie peut paraître pour un adjectif positif ! Et bien trompez-vous ! Ce mot a plutôt un aspect négatif. Les Folies Siffait ont longtemps été considérées comme une œuvre architecturale de mauvais goût. Pour les voyageurs des bateaux à vapeurs, cette œuvre est une erreur architecturale et extravagante. Peut-être de la jalousie ? Ce sont en tout cas des « on dit » d’après les guides. Puis le mot Siffait, je vous laisse deviner, c’est le créateur de ces jardins.

L’histoire de la création de l’œuvre de Maximilien Siffait 📚

Maximilien Siffait né en 1780 à Abbeville dans la Somme, découvrait en 1815 Nantes et les bords de Loire au cours d’un voyage d’affaire. Il emménageait par la suite dans la région tout particulièrement à la Girardière, domaine du Cellier comprenant un manoir et des terres attenantes. Ce monsieur achetait par la suite, les terres attenantes jusqu’à la Loire dont par la suite la construction des terrasses des Folies Siffait.

Aujourd’hui aucune archive ne prouve pourquoi Mr Siffait fit construire cette architecture.

Certains vous diraient que c’était pour l’amour de sa femme ou une sorte de belvédère pour y inviter des convives.

Le chantier durera environ une quinzaine d’année jusqu’à sa mort.

En 1830, c’est son fils Oswald Siffait, qui reprit l’affaire familiale. Oswald était passionné d’arboriculture, de plantes exotiques. Il a d’ailleurs fait venir des pays étrangers plusieurs plantations pour enrichir la flore du site (catalpa, araucaria, cèdres, paulnia, etc…). Il y ajoute par la suite des kiosques orientaux, des pagodes chinoises et des mannequins de cire.

Exemples :

 

© Google

Il devient par la suite maire du Cellier vers les années 1840, et mit en place la ligne de chemin de fer entre Nantes et Angers ce qui nécessite la destruction de quelques terrasses. Ce qui posait problème jusqu’à sa mort en 1877 et quelques années après.

 

Un site fragilisé  ⚡

Le site connaît une fragilité à partir de 1840, lorsque Oswald décidait de construire la ligne de chemin de fer. En effet, les vibrations et des passages quotidiens avaient endommagés le site. Les Folies Siffait sont laissées à l’abandon année après année, faute de successeur après le décès d’Oswald Siffait.

Qui dit abandon du site dit laisser la nature grignoter peu à peu et recouvrire entièrement le site de végétaux.

La guerre de 1944 n’arrangeât pas les choses, quelques terrasses furent détruites.

Après le désastre de la guerre et la menace d’effondrement, la SNCF décidait d’entreprendre des travaux de rénovations.

Les Folies Siffait ont été ensuite rachetées par le Cellier en 1985 qui a entrepris en 1992 des travaux de consolidation jusqu’en 2002.

En 2007,  c’est le département de la Loire Atlantique qui reprit la propriété.

Le site était alors fermé au public et ré-ouvert pendant les week-ends des journées des patrimoines jusqu’en 2014 où le conseil de la Loire Atlantique décidait de fermer complètement le site.

Ceci dit, cela n’était pas une excuse pour certains de « VISITER » et « ESCALADER » le site en entrant par effraction…

Bref, fini les blablas, quel est mon avis sur ces ouvertures exceptionnelles?

Les Folies Siffait sont pour moi une œuvre d’une beauté indescriptible, une œuvre mystérieuse dont on ignore le pourquoi du comment de sa construction. Le fait que le département ait fermé le site pendant des années, est une bonne chose. Je m’explique, suite à l’effondrement de certaines terrasses et à la détérioration du site, les Folies Siffait sont devenues dangereuses pour les visiteurs. Encore hier, des arbres sont tombés cet été par endroits.

Mon coup de gueule :

Je parle de détérioration car oui, lors de la visite 
nous avons pu voir des "tags", des murs inscrits 
de phrases, de mots, faits par certains. Je trouve cela 
IRRESPECTEUX de dessiner sur ces façades. Il y en a 
même certains qui "frimait" à l'idée de dire 
qu'ils venaient par cachette dans le site. 
Cela me met hors de moi !!


Les points positifs :

La visite fût intéressante et nous sentions 
l'amour de l'histoire, l'amour de cette œuvre
 par les paroles des guides. Le fait qu'il n'y ait que 
20 personnes par visite était une bonne chose, 
nous avons pû savourer la visite sans se marcher sur les pieds, 
et écouter tranquillement les guides. 
Nous avons eu à la fin des cartes postales offertes 
par le département en souvenir du site puis un questionnaire.

Nous ne regrettons pas cette visite !



C’est pourquoi je souhaite et je souhaiterai que les Folies Siffait restent dans nos mémoires en continuant les travaux de restauration car il y a un réel potentiel culturel et un patrimoine historique exceptionnel. Qu’en pensez-vous ?