Comment le cododo a soulagé mon quotidien

« Tu n’as pas peur de l’écraser ? »

« Tu vas en faire une enfant capricieuse, elle va toujours vouloir dormir avec vous »

« Et votre intimité, vous n’en avez plus ? »

Ces questions qui ne sont que des idées reçues du cododo. Un sujet assez sensible auprès de certaines personnes. Pour nous, ça ne l’est pas. C’est même devenu notre quotidien, de le partager avec notre entourage.

Je vais vous raconter à travers ce premier article de ma catégorie de vie de maman aventurière, mon ressenti sur le cododo. Pourquoi a-t-il changé mon quotidien ? Comment je le pratique ? Les bienfaits ?

ATTENTION: Je n'apporte que mon expérience, mon sentiment, chacun fait comme il le souhaite, 
je ne suis pas professionnelle et je ne veux pas vous inciter à le pratiquer.


Qu’est ce que le cododo ?

 

Le cododo, appelé aussi le co-sleeping est le sommeil partagé. On parle de cododo lorsque l’enfant dort dans la même chambre que les parents, dans le même lit ou dans un lit accolé au lit des parents.

 

Les bienfaits du cododo :

  • Le cododo rassure l’enfant : le bébé était 9 mois dans le ventre dans la maman, du jour au lendemain il se retrouve dans un monde inconnu pour lui, il a donc besoin d’être rassuré, de ressentir une présence humaine. Il permet de répondre aux besoins de l’enfant, il ne produit pas d’hormones de stress.
  • Moins de risques de morts subites de nourrisson puisque le bébé régule sa respiration sur celle des parents Evite les apnées du sommeil.
  • Pratique lors de l’allaitement

Mon expérience du cododo :

Avant même sa naissance, nous avions en tête de mettre Lola dans notre chambre dans sa nacelle. Il s’est avéré qu’elle n’a dormi qu’une seule fois dans la nacelle à la sortie de la maternité. Il a donc fallu trouver une autre organisation pour répondre à ses besoins.

Lola est un bébé qui avait, a besoin de présence, d’être rassuré, épaulé.

J’ai décidé d’allaiter Lola. La nuit était le moment où elle demandait le plus d’attention. Le cododo faisait partie des choses qui ont diminué les pleurs des premières semaines de vie.

Nous avions entendu parler du lit cododo « Jane » qui est un lit que l’on peut rattacher au lit des parents. Nous l’avions acheté en occasion au prix de 80 €. C’est un investissement en plus, mais rien ne vaut un bon sommeil pour son bébé. Vous pouvez le régler en fonction de la hauteur de votre lit, mais aussi régler la hauteur de l’inclinaison de la tête. Vous trouverez également sur un des côtés une ouverture/fermeture. Nous trouvons qu’il est facile à monter ( plus simple qu’un lit parapluie) et facile à emporter lors de voyages.

Néanmoins, cette solution n’avait duré qu’une semaine… Pour qui, pourquoi du jour au lendemain Lola n’en voulait plus, même si je laissais le côté ouvert et moi collée à son lit cela ne suffisait pas.

Nous nous sommes rendus compte que pour endormir Lola, il fallait la blottir contre nous en écharpe, en peau à peau. Une fois endormie, il était impossible de la recoucher dans son lit cododo, au risque de la réveiller.

Les heures de sommeil se comptaient sur les doigts d’une seule main, Thibault et moi avions décidé de partager notre lit avec Lola, en la faisant s’endormir à mes seins.

Bien sûr cela implique de la sécurité !


Plutôt préférer de placer le bébé du côté de la mère en sécurisant par une barrière ou autre. Nous, nous avions le lit qui était attaché à notre lit à nous. Avoir un matelas ferme, ne pas mettre de couette, ni d’oreiller ou objets à la portée du visage du bébé. Préférez la turbulette à la couette. 

La mettre à ma disposition était plus simple pour elle mais aussi pour moi, elle tétait à la demande, elle dormait quand elle voulait et moi aussi par la même occasion. Lola ne dormait pas totalement avant 5 heures du matin, ne tenant plus physiquement, cette solution était primordiale pour notre bien-être.

Les débuts ont été difficiles, car j’ai eu peur de l’écraser, je vérifiais si elle prenait bien le sein… Une fois avoir répété l’opération pendant quelques nuits, je fus plus rassurée à cette idée. Je n’avais jamais eu autant de facilité à m’endormir après avoir mis en place cette méthode.

 

 

"Et votre intimité dans votre vie de couple dans tout ça ?"

Une question qui nous a souvent été posé par notre entourage. Pour répondre à cette question, il n’y a pas besoin d’un lit pour se retrouver, se parler, se faire des calîns, nous avons juste trouvé d’autres solutions. Chaque problème à sa solution. Un bébé ne doit en rien changer votre vie de couple, c’est une question d’organisation 🙂

"Ta gamine va devenir capricieuse et va demander à être toujours dans votre lit 
quand elle sera plus grande"


Que répondre à cette question ? Chacun a sa manière d’éduquer et de répondre aux besoins de son enfant. Pour nous, respecter son sommeil et ses besoins était primordial. Un bébé ne fait pas de caprices dans les premiers mois de sa vie contrairement à ce que l’on pourrait entendre (plusieurs études l’ont prouvées). Nous faisions en fonction de sa demande.

Tout changea à partir de ses 3 mois !

 

Un beau jour sans savoir ni pourquoi ni comment, Lola ne voulait plus s’endormir à l’aide de mes seins, nous ressentions qu’elle n’avait plus besoin de s’endormir auprès de nous dans notre lit. Nous avions donc testé de la mettre dans la nacelle, elle a tout de suite adopté cette option là. Quand venait l’heure de la tété nocturne, je la remettais dans notre lit et elle tétait quand elle voulait et ce, comme ça, jusqu’au réveil du lendemain matin.

Mon allaitement ne durant que 4 mois, nous avons ressayé de la faire coucher de nouveau dans son lit cododo Jane.

 

Je ne regrette en rien d’avoir pu partager mon lit, modifier mon fonctionnement au point de vue de notre intimité pour le bien-être de ma fille. Cela est devenu un moment de partage pour tous les trois, nous nous octroyons des moments de sieste, de jeux dans le lit, de gazouillis (par exemple le dimanche).

 

Et vous, le cododo fait-il partie de votre quotidien ?